ORTHEO - Chirugie de l’appareil locomoteur

La voie antérieure

La voie antérieure dans les prothèses totales de hanche

Cette technique de pose de prothèse totale de hanche permet au patient des suites post-opératoires plus simples et améliore sa récupération. Les chirurgiens du groupe Ortheo pratiquent cette intervention de manière habituelle.


Principes

La voie antérieure utilisée est dérivée de la voie de Hueter. La cicatrice cutanée est sur le versant antéro-externe de la hanche. L’abord permet d’éviter de sectionner les muscles de la hanche.

L’exposition de la hanche est facilitée par l’utilisation d’une table orthopédique. L’ouverture est le plus souvent de type mini-invasive (environ 10cm de long).



Suites post-opératoires
Elles sont améliorées par cette technique. La douleur est diminuée et cela permet au patient de marcher dans les suites immédiates de l’opération. Les mouvements luxants sont enseignés au patient mais les risques de luxations sont très faibles après ce type d’intervention. L’hospitalisation dure en moyenne 3 à 5 jours (parfois moins).

Le patient est autorisé à conduire lorsqu’il cesse d’utiliser ses cannes (en moyenne 15 jours à 1 mois). L’arrêt de travail est en général de 6 semaines. La reprise sportive douce peut être débutée à 6 semaines


Les avantages
Grâce à cette technique de pose, on retrouve

  • une cicatrice réduite
  • des douleurs diminuées
  • une récupération musculaire accélérée, moins de boiterie
  • un saignement moindre
  • une marche sans aide plus rapide
  • une reprise plus rapide du travail



  • Les complications potentielles
    Comme toute intervention chirurgicale, cette opération comporte des bénéfices et des risques. Vous l’avez acceptée après discussion avec votre chirurgien car vous pensez tous les deux que la balance penche en faveur des bénéfices attendus (diminution de vos douleurs et de la gêne, reprise des activités...).

    Les complications spécifiques à cette chirurgie sont :

  • La phlébite
  • La luxation  : cette complication nécessite une courte anesthésie pour remettre la prothèse en place en mobilisant la hanche, sans ré-intervention chirurgicale.
  • L’infection : l’infection peut se produire rapidement après l’opération par un défaut de fermeture de la cicatrice, parfois l’infection survient tardivement, plusieurs mois ou années après l’opération. Ces infections tardives sont le plus souvent secondaires au passage dans le sang de bactéries qui contaminent la prothèse. Dans tous les cas une opération de lavage de prothèse est nécessaire ainsi qu’une antibiothérapie de longue durée.
  • L’hématome


    L’information mise à disposition sur le site vise à soutenir et non à remplacer la relation entre un patient et son médecin.

Accueil | Contact | Plan du site |

Réalisé par CT Inc.