ORTHEO - Chirugie de l’appareil locomoteur

Récupération rapide et PTH

Récupération rapide et PTH

Indépendamment de la technique chirurgicale, une meilleure gestion péri-opératoire a permis d’améliorer la rapidité de la récupération et d’améliorer le confort du patient. L’ensemble de l’équipe chirurgicale et anesthésiste est impliqué dans son bon déroulement. La coopération et l’implication du patient est indispensable au bon déroulement de cette récupération.


En pré-opératoire
L’information du patient est primordiale. L’indication opératoire, la technique chirurgicale, les suites post-opératoires et les complications potentielles sont expliqués lors de la consultation chirurgicale. Une meilleure compréhension du déroulement de l’intervention et de ses suites permet de réduire l’angoisse ressenti par le patient (facteur de risque de douleur), un meilleur déroulement des suites post-opératoires et une meilleure identification des complications.

La consultation de pré-anesthésie qui est obligatoire anticipe les modalités de gestion de la douleur et du type d’anesthésie à réaliser en fonction de l’état de santé du patient.


En per-opératoire
Une anesthésie adaptée à l’intervention permet au patient de mieux supporter la douleur en évitant les effets indésirables d’une anesthésie trop lourde. Les patients très anxieux bénéficie d’une prémédication de médicaments relaxants.

Les gestes chirurgicaux sont optimisés afin de diminuer les lésions musculaires et le temps opératoire.


En post-opératoire
A son retour du bloc opératoire, le patient est aidé par le personnel soignant. Le patient est préparé en vue de débuter sa rééducation.

La kinésithérapie débute le plus rapidement possible (dès que les effets de l’anesthésie ont disparu). Celle-ci est progressive et se réalise sans douleur. Le patient s’assoit dans un premier temps au bord du lit puis se lève à l’aide de deux cannes. Le premier lever peut s’accompagner de vertiges, il est donc important que le patient ne le réalise pas seul. La marche avec cannes peut ensuite être débutée. La marche est accompagnée du kinésithérapeute au départ puis progressivement seul.


La sortie
Celle-ci est autorisée par le chirurgien si les conditions requises sont validées. Elle s’effectue entre 3 et 5 jours. Le bon contrôle de la douleur, l’autonomie à la marche et la capacité d’utilisation des escaliers font partie de ces conditions.

Cette meilleure gestion des paramètres péri-opératoires ont permis de raccourcir les durées de séjour hospitalier et d’améliorer le confort des patients qui sont moins douloureux et plus rapidement autonomes qu’auparavant.


L’information mise à disposition sur le site vise à soutenir et non à remplacer la relation entre un patient et son médecin


Accueil | Contact | Plan du site |

Réalisé par CT Inc.